Sophie Robert (RN) joue à fond l’image de la femme moderne et de la candidate ouverte, hors-idéologie et hors-parti. Mais sa ligne politique est clairement d’extrême-droite, tendance Jean-Marie Le Pen.

Comme le maire sortant Gaël Perdriau (LR), la candidate RN aux municipales de Saint-Étienne mise gros sur l’image. Dans ses photos et ses clips de campagne, on se croirait revenu à la communication politique des années 1980 : sourire « ultra-brite » permanent, tenue chic et décontractée, allure dynamique et vie de famille bien remplie. Sophie Robert aime à préciser qu’elle est à la fois une jeune grand-mère de 47 ans, mère de cinq enfants et travailleuse indépendante dans « la comptabilité, la gestion et l’organisation d’événements ».

Jane Fonda du Forez

Elle ne quitte jamais ses tailleurs colorés, sauf pour expliquer à un journaliste du Progrès, en survêtement et petites foulées, qu’elle aime faire son jogging au Crêt des six soleils, entre midi et deux : l’amour du sport et de la nature, voilà qui parachève le portrait de la candidate idéale. Sophie Robert, c’est un peu la Jane Fonda du Forez.

Sur le plan politique aussi, elle veut marquer sa singularité et sa modernité. Pour cela, elle tient à faire savoir qu’elle se situe hors des partis et des clivages idéologiques traditionnels. Elle a présenté ses colistiers en soulignant que seuls 20 % étaient encartés au RN et qu’elle-même n’était ni de droite ni gauche, sous-entendu : un peu des deux. Sophie Robert, c’est le niveau ultime de dédiabolisation du RN.

Coup de com’

Dans son programme, on retrouve cette volonté de traverser les clivages et de transgresser les images, en mettant par exemple en avant le souci écologique. La couleur verte est omniprésente dans ses documents et sa communication (Gaël Perdriau a opté, lui, pour l’écharpe verte, que portent tous ses colistiers en campagne).

Sa préoccupation écologique est illustrée par l’une de ses propositions les plus originales : l’installation d’une ferme urbaine de poissons, de fruits et de légumes bio dans la galerie Dorian, en plein centre-ville (« comme à Cherbourg », précise-t-elle, en gage de crédibilité). Elle insiste aussi beaucoup sur la question animale, avec cette autre proposition originale qui vise à créer une mutuelle communale pour les animaux domestiques.

RN canal historique

Mais le problème avec la communication politique, c’est qu’elle est plus efficace pour servir ses convictions que pour les dissimuler. « Les faits sont têtus », comme disait Vladimir Ilitch. Et en ce qui concerne les convictions politiques de Sophie Robert, les faits sont clairs : elle est sur la ligne du RN tendance canal historique. Ni de droite ni de gauche, en effet, d’extrême-droite. Celle du FN décomplexé des grandes heures de Jean-Marie Le Pen.

Elle a d’ailleurs chaleureusement accueilli ce dernier lors de son passage à Saint-Étienne en 2014, lui déclarant son admiration. Et elle n’a jamais condamné ses propos les plus douteux, notamment ceux qui avaient visé l’ancien maire de Saint-Étienne, Michel Durafour, et pour lesquels il avait été condamné en 1993.

Maintien de l’ordre

Si elle n’est pas spécialement mise en valeur dans son programme, cette ligne politique apparaît toutefois assez nettement. Tout d’abord avec une forte insistance sur la lutte contre l’insécurité. La candidate RN prône la création de 40 postes de policiers municipaux, soit une augmentation de 25 % pour atteindre un objectif de 200 agents, « en les affectant principalement au maintien de l’ordre plutôt qu’à la verbalisation du stationnement. »

Avec une certaine confusion dans les termes : comme le rappelle le Syndicat de défense des policiers municipaux, le « maintien de l’ordre » est du ressort de la police nationale et non municipale : « Le maintien de l’ordre est un dispositif particulier, déployé à l’occasion d’un rassemblement de personnes, organisé ou non, susceptible de dégénérer, par exemple des manifestations à caractère social ou revendicatif. Il vise tant à maintenir l’ordre sans usage de la force, qu’à rétablir l’ordre. »

« L’émir Perdriau »

Sa matrice d’extrême droite apparaît encore plus clairement lorsqu’elle aborde le sujet de l’islam. Elle utilise pour l’évoquer les vieilles ficelles outrancières dont raffolait Jean-Marie Le Pen. Par exemple lorsqu’elle publie fin 2019 un communiqué au titre digne des couvertures de Minute : « Perdriau, sa campagne sera halal ou ne sera pas ! » Communiqué dans lequel elle interpelle le maire sur le même registre : « M. l’émir Perdriau, poujadiste de l’islam », « M. le candidha-lal ».

On retrouve cette obsession de l’islam dans son programme. Elle veut par exemple instaurer plusieurs repas uniques obligatoires chaque semaine dans les cantines scolaires, dont un avec du porc. Et interdire les permis d’implantation d’écoles coraniques, au nom du « refus des demandes communautaristes dans tout l’espace public ». En omettant de préciser que ce refus du communautarisme, s’il était sincère, supposerait également une fermeture des écoles privées catholiques.

Conseillère municipale à Feurs

De vieilles ficelles, il en est aussi question – sur un plan plus politicien – quand elle justifie sa candidature à Saint-Étienne alors qu’elle est conseillère municipale à Feurs. Elle avance généralement comme motivation ses « engagements professionnels » (cf sa présentation dans son programme).

Or dans un entretien accordé à TL7 en septembre 2019, dans lequel elle avait annoncé sa candidature, elle donnait une tout autre raison. En effet, elle a obéi à une consigne de sa chef de parti : « J’aurais pu aller n’importe où dans la Loire, à Saint-Chamond par exemple où sont enterrés mes grands parents. C’est Marine Le Pen qui m’a demandé de partir à Saint-Étienne. »

Parachutage et parachutisme

Et lorsque le journaliste lui demande si ce genre de parachutage pourrait lui être reproché par les électeurs, elle répond par une pirouette, ou plutôt par un roulé-boulé : « Si vous me parlez de parachutisme, j’en suis honorée car quand il y a des combats très durs on envoie les parachutistes qui sont la troupe d’élite ».

Rappelons tout de même à notre jeune grand-mère modèle portant tailleur et jupe droite le point de vue assez tranché des paras sur les femmes : « C’est la grande marche virile des Commandos / C’est la grande marche du sang des Commandos / C’est le grand rythme des cœurs d’hommes / Que les femmes, ah les femmes, n’entendent jamais : commando » (Marche du 1er commando de France).

LES TROIS MESURES LES PLUS MARQUANTES

Accès direct au centre-ville avec un tunnel et 2000 places de stationnement gratuites

Installation d’une ferme urbaine de poissons, de fruits et de légumes bio dans la galerie Dorian

Cantines scolaires : tarif unique pour tous

LA MESURE LA PLUS ORIGINALE

Création d’une mutuelle communale pour les animaux domestiques

LA MESURE LA PLUS ABRACADABRANTESQUE

Accès direct au centre-ville avec un tunnel et 2000 places de stationnement gratuites

LES PRINCIPALES MESURES PAR GRANDS THÈMES

SÉCURITÉ

Embauche de 40 policiers municipaux pour des brigades déployées 7 jours sur 7 et 24h sur 24 dans tous les quartiers de la ville, pour faire passer les effectifs de 161 à 200 agents

161 à 200 agents

Présence visible et permanente de patrouilles pédestres sur les zones festives

Multiplication du nombre de séances de tir des policiers municipaux

Installation de gardiens de parcs

RELIGION

Refus des demandes communautaristes dans tout l’espace public

Refus de permis d’implantation d’écoles coraniques

Interdiction de toute viande issue d’abattage rituel dans les repas communaux

ÉCOLE

Menu unique hebdomadaire dans les cantines scolaires : un jour « poisson », un jour « végétarien », un jour « viande (sauf porc) » et un jour « porc »

Cantine : tarif unique pour tous

Un poste d’atsem par classe de maternelle

CADRE DE VIE – ENVIRONNEMENT

Accès direct au centre-ville avec un tunnel et 2000 places de stationnement gratuites

Installation d’une ferme urbaine de poissons, de fruits et de légumes bio dans la galerie Dorian

Baisse des prix du gaz et de l’électricité par la mutualisation des contrats

Relance de la consigne rémunérée des consignes en plastique

Rétablissement de la brigade environnementale

Installation de nouvelles corbeilles à déchets

Installation de cendriers qui recyclent les mégots

Création d’une mutuelle communale pour les animaux domestiques

SANTÉ

Création d’une mutuelle santé complémentaire communale gérée par le CCAS

Création d’une « maison des familles » sur le site de l’hôpital de la Charité : logements pour personnes âges, services de soins, crèche privée + maison de répit pour les aidants de personnes handicapées

COMMERCE

Régie communale pour metttre à disposition pendant un an des locaux vides (avec accord des propriétaires, en échange d’une exemption d’impots) pour des associations, commerces et artisans

Création d’une bourse d’accompagnement des créateurs d’entreprise pour la location de locaux (montant total de 350 000 euros)

Gratuité de stationnement des artisans, commerçant et indépendants les jours d’ouverture (macaron sur le véhicule)