Le maire sortant de Saint-Étienne Gaël Perdriau (LR) n’annonce pas de révolution dans son programme pour les élections municipales. Il s’appuie avant tout sur son bilan. Avec toutefois un grand absent : le centre commercial Steel.

Si certains candidats aux municipales de Saint-Étienne sont très généreux en promesses, Gaël Perdriau (LR), lui, est tout en retenue. La plupart de ses propositions annoncent plus la continuité que le changement : il s’agira de « poursuivre », « renforcer », « amplifier », « approfondir », « continuer »… Ce qui peut relever d’ailleurs d’une certaine logique. Si son début de mandat a été assez mouvementé, avec de nombreux et fracassants départs, les deux dernières années ont vu le maire sortant de Saint-Étienne installer son emprise politique et médiatique sur la municipalité.

Pour espérer être réélu, le candidat mise donc tout sur son bilan. Chacun des chapitres de son programme est quasi-exclusivement consacré à une longue explication de texte du travail accompli. L’exercice tournant parfois à l’autocélébration : « des programmes ambitieux (…) dont le succès est venu démontrer le bien-fondé », « confortés par le succès de la «Cité des Aînés», « le succès de ces plans (200 immeubles ravalés grâce à 1,2M€ de subventions depuis 2014) est incontestable », « suite au succès, auprès des habitants, de la démarche «Coeur d’Histoire» », etc.

Steel : un projet décrié

Il y a toutefois un grand absent dans ce bilan qui rencontre tant de « succès » : le centre commercial et de loisirs Steel. Alors qu’il s’agit de la réalisation la plus ambitieuse et médiatique de ce mandat. La plus décriée aussi. Gaël Perdriau, qui aime se singulariser et le faire savoir, peut se vanter d’être le seul maire actuel d’une grande ville à promouvoir un grand complexe commercial en périphérie… comme on en faisait dans les années 1970. Un projet qui risque de vider un peu plus le centre-ville de ses commerces et de son attractivité. Alors que Steel doit officiellement ouvrir en mai prochain, de grandes enseignes présentes au centre-ville comme H&M ont déjà annoncé leur départ pour aller s’y installer. On comprend dès lors pourquoi Steel est absent de son programme.

Pour mener une campagne dynamique et tournée vers l’avenir, Gaël Perdriau ne peut pas s’en tenir qu’aux réalisations passées et aux projets controversés. Et comme il n’a pas de propositions marquantes, il remplit les pages de son programme avec moult généralités et formules creuses. Voici un florilège de cette novlangue électorale : « Chacun(e) doit pouvoir évoluer dans son parcours résidentiel en fonction de ses attentes, de ses souhaits et de ses capacités », « La propreté, tout comme la tranquillité publique, est une bataille de tous les jours », « L’espace public est un bien commun qui permet à tous d’évoluer dans un cadre agréable », « jeter les fondations d’un Saint-Étienne résolument ouvert sur son temps mais soucieux de préserver son patrimoine tout en protégeant l’environnement », etc.

Santé, sécurité et laïcité

S’il fallait dégager des axes forts parmi les quelques propositions esquissées par le candidat LR, ils pourraient concerner trois domaines : la santé, la sécurité et la laïcité. Le premier s’illustre par le projet d’ouverture de deux Maisons de santé et de lancement d’un vaste « plan cancer ». Pour mettre en œuvre ce dernier, Gaël Perdriau a recruté une personnalité locale de choix, reconnue par les professionnels de santé : Patrick Michaud, ancien médecin généraliste, professeur de cancérologie et président pour la Loire de la Ligue contre le cancer. Il lui a accordé une place de premier rang sur sa liste, en 5e position.

Le deuxième sujet, la sécurité, a vu le maire essuyer un échec récent avec le projet d’installation en ville de capteurs sonores (des dizaines de microphones destinés à détecter les bruits anormaux tels que coups de feu, bris de verre ou bombes pour graffitis) qui a été retoqué par la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés). Mais cela ne l’a pas incité à tempérer sa politique de surveillance généralisée. Au contraire, il propose d’installer de nouvelles caméras en plus des trois cent cinquante existantes.

Symbole contre efficacité

D’un point de vue purement tactique, il aurait sans doute tort de s’en priver puisque ce dispositif n’est remis en cause ni par son opposition municipale (qui se limite à demander des audits) ni par les Stéphanois, qui n’ont pas organisé de réelle contestation. D’autant que ce dispositif est porteur d’une charge symbolique puissante en matière de sécurité, à défaut d’avoir démontré son efficacité réelle, que ce soit à Nice, ville-modèle de la vidéosurveillance généralisée qui a subi l’une des attaques terroristes les plus sanglantes du pays en juin 2016, ou à la lecture des études scientifiques réalisées sur le sujet ( « La vidéosurveillance au service de la communication politique et du business »).

Enfin, alors qu’il ne fait l’objet d’aucune proposition précise, à l’exception de l’adoption d’une vague « charte locale », un thème parcourt la campagne du maire sortant et fait l’objet d’un chapitre particulier de son programme : la laïcité. Son discours penche clairement du côté de ce que certains appellent la « laïcité ouverte », inspirée par la bienveillance et l’amitié envers les religions plutôt que par la distance et la suspicion. Une bienveillance qui s’exprime surtout à l’égard de l’islam. Par exemple quand il écrit dans son programme : « gardons-nous de faire, comme certains le souhaitent, de la laïcité un instrument de combat dirigé contre tel ou tel culte ».

Communautarisme

Des mots illustrés par des gestes symboliques forts tel que le discours qu’il a tenu en novembre 2019 à la Grande mosquée Mohammed VI de Saint-Étienne devant des centaines de croyants, après l’attaque de la mosquée de Bayonne. « Si j’ai souhaité être parmi vous, c’est pour témoigner de ma solidarité envers la communauté musulmane de Saint-Étienne », déclara-t-il. Tout en ajoutant, un instant plus tard, de façon assez contradictoire : « À Saint-Étienne, je ne connais qu’une communauté : la communauté stéphanoise. »

De fait, ce positionnement vis à vis de l’islam peut étonner de la part de celui qui est vice-président du parti Les Républicains, dont la ligne en la matière est très éloignée de la sienne (son parti dénonce par exemple le port du voile comme « la marque d’un islam conquérant », tandis que lui n’hésite pas à faire des selfies avec des femmes voilées). Étonnant aussi quand on le voit régulièrement aux côtés de son ami Laurent Wauquiez, président LR de la région Auvergne Rhône Alpes et fervent catholique identitaire devant l’Éternel.

Du côté de la direction des Républicains, sans doute s’accommode-t-on de cet élu « hors les clous » dans la mesure où il apporte une grande ville au butin électoral du parti. Du côté du maire, il n’est sans doute pas innocent que sa ville compte la présence de très nombreux habitants de culture et de religion musulmane. Et que ces derniers pourraient bien être tentés un jour de lui exprimer à leur tour bienveillance et amitié. Un jour d’élections, par exemple.

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES MESURES DU PROGRAMME DE GAËL PERDRIAU (LR)

LES TROIS MESURES LES PLUS MARQUANTES

  • Gratuité des Véliverts
  • Création d’un abonnement mensuel au réseau STAS à 10€ par mois (résiliable à tout moment, pour les moins de douze ans, les étudiants de moins de vingt-six ans, les plus de soixante ans, les personnes privées d’emploi, les personnes handicapées et les bénéficiaires de la CMU)
  • Construction et rénovation d’écoles

LA MESURE LA PLUS ORIGINALE

  • Expérimentation, avec le CHU, de nouveaux protocoles de soins et d’accompagnement global des malades du cancer, dans toutes les dimensions de la vie quotidienne (professionnel, loisirs, sports, social)

LA MESURE LA PLUS ABRACADABRANTESQUE

  • « Favoriser le caractère transversal de la coopération entre les différentes instances relevant de la démocratie locale afin de faire émerger des propositions globales destinées à améliorer le quotidien des habitants tout en les impliquant mieux. »

LES PRINCIPALES MESURES PAR GRANDS THÈMES

SANTÉ

  • Ouverture de deux Maisons de Santé
  • Ouverture d’une Maison de répit pour les aidants
  • Expérimentation, avec le CHU, de nouveaux protocoles de soins et d’accompagnement global des malades du cancer, dans toutes les dimensions de la vie quotidienne (professionnel, loisirs, sports, social)
  • Création d’un «bus municipal de la prévention et de la santé» qui circulera dans tous les quartiers

ENVIRONNEMENT – CADRE DE VIE

  • Extension du plan façade et le plan lumière vers le cours Victor Hugo et au delà
  • Réaménagement total de l’avenue Emile Loubet, la place Boivin, la rue de la Ville, la place et la rue Grenette
  • Création d’un espace vert sur le toit des Ursules
  • Utilisation des eaux usées pour chauffer l’eau des piscines
  • Installation du Mémorial de la Résistance, Histoire et Patrimoine, des archives et de la cinémathèque municipales ainsi que du centre de supervision de la Police municipale dans l’ancien immeuble de la CPAM

TRANSPORTS

  • Gratuité des Véliverts
  • Création d’un abonnement mensuel au réseau STAS à 10€ par mois (résiliable à tout moment, pour les moins de douze ans, les étudiants de moins de vingt-six ans, les plus de soixante ans, les personnes privées d’emploi, les personnes handicapées et les bénéficiaires de la CMU).
  • Fonctionnement du tram jusqu’à 1h du matin

SÉCURITÉ

  • Installation de caméras supplémentaires de vidéo-protection
  • Création d’une brigade de Police municipale dédiée exclusivement aux transports en commun

ÉCOLES – ENFANCE

  • Construction et rénovation d’écoles
  • Installation de chaque nouvelle aire de jeux soumise au vote des élèves de l’école la plus proche
  • Un arbre offert à chaque enfant de CE1, qui sera planté en sa présence et celle de ses parents

SOLIDARITÉ – VIE ASSOCIATIVE

  • Création d’un « Refuge » pour les jeunes renvoyés de chez eux par leur famille pour des motifs de discrimination
  • Création d’un Conseil Consultatif de la Vie Associative et du Bénévolat Citoyen (CCVABC)
  • Réalisation d’un nouveau projet d’habitat intergénérationnel, «La Cité des Aînés 2»

Sport

  • Construction d’un vélodrome
  • Construction de deux nouveaux gymnases

Divers

  • Ouverture d’un camping et d’une aire de camping-car répondant aux normes du développement durable