screenshot-www.franceinter.fr-2019.02.23-18-44-04

Vendredi 22 février 2019, dans le cadre de son « tour des régions en pleine période de grand débat national et de questionnements des Français », France Inter a fait la grâce aux Stéphanois de se rendre dans leur ville toute la journée, en présence de ses célébrités, Nicolas Demorand, Léa Salamé, Charline Vanhoenacker, etc.

Afin de parler des problèmes des habitants de Saint-Etienne et de la Loire, la radio de service public a choisi, pour son grand entretien matinal de 8h20, deux personnalités très très très – mais vraiment très très – ancrées dans ce territoire :

– Bernard Marconnet, maire de Châtillon d’Azergues, commune située dans… le Rhône !

– Thierry Mandon, ancien ministre, qui a connu St Etienne pendant ses études, qui vit en région parisienne depuis trente ans, et qui a été nommé directeur de la Cité du Design de la ville… il y a six mois !  Il n’est même pas certain qu’il vive à Saint Etienne : quand il parle de problèmes de transports sur son compte Twitter, c’est du RER D qu’il s’agit : https://twitter.com/mandonthierry/status/1096828870903431169  https://twitter.com/mandonthierry/status/1081517728656183296  https://twitter.com/JulienVachon/status/1078726617273430016 Des problèmes de transport récurrents entre Saint-Etienne et Lyon, qui se posent chaque jour à des milliers de Stéphanois, il ne parle en revanche pas du tout. Et n’en a pas parlé sur l’antenne.

Dans ce grand entretien délocalisé à Saint-Etienne, écouté par des millions de Français, il n’a quasiment pas été question de cette ville et de ses problématiques propres. Ou plutôt si : l’un des invités a évoqué le prix du mètre carré à 1000 euros, qui fait l’objet d’articles ou de reportages dans la presse nationale quasiment chaque semaine, ainsi que de la prochaine biennale du Design, qui entre en effet parfaitement dans le cadre des « questionnements des Français ».

Cela peut s’appeler de la part de France Inter, au mieux, de la paresse, au pire, du mépris. La vérité se trouve sans doute dans un mélange des deux.

Comment s’étonner, avec de tels comportements, de la méfiance envers les médias.

Luc Chatel