1100719Une analyse qui permet de s’interroger sur un des aspects de ce nouvel islamisme fanatique et de sortir des commentaires hâtifs et récupérations de toutes sortes…

« (…) Les manifestations anti-danoises contre les caricatures ainsi que celles qui ont suivi le fameux discours du pape Benoit XVI, où il cita des propos anti-musulmans d’un empereur byzantin du XVe siècle, ne font que refléter une régression identitaire qui n’est pas née d’un seul événement mais qui est en marche depuis que la globalisation des mass médias semble avoir poussé le téléspectateur musulman à se croire prié, devant l’embarras des images, de choisir un camp.(…)

En continuant de défendre leur prophète de manière impulsive, les musulmans risquent de tomber dans le piège que l’iconoclasme voulut éviter, et de mériter leur sobriquet moyenâgeux de «mahométans idolâtres». »

Extrait de “Iconologie et idolâtrie en Islam : caricatures et figures”, de Fayçal Falaky, professeur à l’Université de Tulane (Nouvelle Orléans), publié dans la revue La voix du regard (2007) :