menes… ou quand un journaliste sportif raconte le festival de Cannes, on est très loin de François Chalais ou d’Henry Chapier. Extrait de son entretien accordé au site sharkfoot.fr : « Je m’attendais à un truc plus classe, friqué, ostentatoire, tu vois ? Retrouver toutes les pourritures et toutes les crasseuses de Paris qui viennent gratter des verres et faire de l’oseille, bof quoi… J’ai d’ailleurs mis un pain dans la bouche à un mec qui m’avait versé son verre de vodka dans la gueule, il y a des limites à tout… ».