A l’occasion de la diffusion ce soir sur France 5 d’un téléfilm consacré à Albert Camus, voici une petite liste de citations et pensées du philosophe-journaliste. Spéciale dédicace à quelques célèbres directeurs de magazines qui trahissent d’autant plus sa pensée qu’ils en revendiquent l’héritage (Jojo, Gigi… c’est pour vous)

– Aux jeunes journalistes de Combat : « Je vous ferai faire des choses emmerdantes mais jamais dégueulasses »

– « Mettre le public à la hauteur de ce qu’il y a de meilleur en lui »

– « On veut informer vite au lieu d’informer bien. La vérité n’y gagne pas. »

– « On peut s’intéresser à un large public sans cesser d’observer les règles du langage et en faisant même leur part au style et à l’originalité »

– « Quand les élites trahissent, les sociétés meurent. Dans ce cas, la consolation de notre société sera d’être la première à mourir ouvertement de bêtise et de vulgarité. »

– « Je préférais la mise en pages sur le marbre de l’imprimerie à la rédaction de ces sortes de prêches qu’on appelle éditoriaux »

En bonus (spéciale dédicace au social-libéralisme qui a gagné les dernières élections):

– « La révolte,  c’est d’abord le coeur. Mais il vient un temps où elle passe dans l’esprit, où le sentiment devient idée, où l’élan spontané se termine en action concertée. C’est le moment de la révolution. »

– « La révolution, ce n’est pas forcément la guillotine et les mitrailleuses, ou plutôt ce sont les mitrailleuses quand il le faut. »

– « Nous désirons pour la France une économie collectiviste et une politique libérale. »

Toutes ces citations sont extraites de la biographie d’Olivier Todd  : Albert Camus, une vie (Gallimard)